• Des familles habitaient sous terre il y a quelques décennies

    La visite de la chapelle semi troglodytique Sainte-Radegonde à Chinon donne l'opportunité de découvrir les restes d'habitations troglodytes qui sont aujourd'hui majoritairement à l'abandon. Ici comme dans une partie de l'Indre et Loire et du Saumurois, les collines en tuff ont permis à cet habitat primitif de se développer. L'érosion et le manque d'entretien ont progressivement conduit à des éboulements. Il  reste aujourd'hui des vestiges indiquant qu'il y a encore quelque décennies des familles vivaient en ce lieu.


    Chinon Sainte Radegonde : Vestiges troglodytiques
    Chinon Sainte Radegonde : Vestiges troglodytiques

    Chinon - Maison troglodytiques : Niches dans le tuff

    Chinon : Habitation troglodytique éboulée

    Chinon : Cheminée sur habitation troglodyte éboulée
    La falaise érodée s'est éboulée. Elle donne une coupe transversale de l'habitation troglodytique. La cheminée monte à la verticale jusqu'au faite de la colline, les pièces de vie apparaissent également de manière évidente.
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique