• Tressage de bambou près de Luang Namtha

     

    Tressage de bambou malgré le froid

    Houana est un petit village distant de quelques kilomètres de Luang Namtha que je rejoins en pilotant une petite moto sur une route pierreuse semée d'embûches. Dans cette région du Nord Laos, les matinées sont froides, cette impression est accentuée par un brouillard tenace qui rafraîchit l'air.


    Un homme assis  autour d’un petit feu de bois qui réchauffe les articulations frigorifiées par la température inférieure à dix degrés, s’active au tressage d’un panier, objet tribal usuel. Je m'arrête pour aller au contact, l'homme est content de mon irruption, l’homme est avenant, il sourit satisfait que l’on prête attention à la valeur du travail qu’il accomplit depuis des décennies.

     

    tressage de bambou, luang,namtha
    Un tresseur de bambou et son chien

     

    Entièrement fait à la main

    Le travail est exécuté avec dextérité, les gestes sont précis, sûrs, immuables, selon l’étape du tressage. Le matériel utilisé est du bambou découpé en lamelles qui une fois tressées ont une souplesse et une résistance incomparable.

    Sur une hutte en bambou, des objets usuels en bambou sont suspendus rappelant que dans les tribus le plastique n’est pas une nécessité tant l’ingéniosité de l’homme et son savoir faire s'adaptent aux besoin de la vie courante.

    La transmission du savoir faire est menacée

    Le plastique tend désormais à devenir la règle en raison de sa standardisation, de sa flexibilité pour tous les usages et d’un prix d’acquisition modique. Il est probable que les nouvelles générations perdent ce savoir-faire si spécifique, écologique transmis de génération en génération. Ici comme un peu partout dans le monde l'abandon de confections artisanales contribuent à l'introduction du plastique dans un environnement qui reste encore bien préservé.

    bambou - tresseur - laos
    Une maison en bambou modeste, le tresseur est assis près du feu sur un petit banc
     
    tresseur de bambou - Louang Namtha
    Le tresseur de bambou à l'ouvrage

     

     
     
     

     

     tressage bambou - détail - Luang Namtha
    Le travail de vannerie du tresseur de bambou

     

     

     

    maison tribale Houana
     Houana - La réserve de bois

     

    Panier en bambou tressé -  Houana
    Panier en bambou tressé - Houana
     
    La maison du bonheur pour le tresseur - Houana
    La cabane, le tresseur, le feu - Houana près de Luang Namtha

     

    cabane, tresseur, feu Laos
    Ajouter une légende

     

    La cabane, le tresseur, le feu -  Houana

     

    La cabane, le tresseur, le feu -  Houana

     

    « Femmes akhas à Luang NamthaLaos, le cycle végétatif du riz dépend du climat »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 22 Mars 2013 à 18:59
    De retour pour faire cette rencontre sympathique... Ces découvertes sont toujours un plaisir... et c'est précieux!
    2
    Vendredi 22 Mars 2013 à 19:38
    Je propose de l'authentique parce que j'aime bien ces rencontres ou l'humain prime au delà des mots.
    3
    Samedi 23 Mars 2013 à 07:13
    Perpétuer les techniques ancestrales, malgré les doigts gelés...ces scènes m'émeuvent. Pauvreté mais sourire.
    Merci, bonne journée Serge.
    4
    Samedi 23 Mars 2013 à 09:07
    Ce savoir faire me fascine !
    5
    Samedi 23 Mars 2013 à 18:27
    Cet homme bien loin me rappelle mon grand-père qui tressait des joncs.
    Le travail de cet homme est très minutieux et il a le temps de méditer. Heureusement le feu lui fait oublier un peu la morsure du froid, j'espère.
    FIchu plastique!
    Et je vois qu'il a sacrifié à quelque chose qui m'amuse: porter des chaussettes avec des tongues!
    6
    Samedi 23 Mars 2013 à 19:00
    C'est vrai Serge, des rencontres authentiques et merveilleuses, superbe !
    7
    Dimanche 24 Mars 2013 à 07:48
    Merci pour ton passage Olivier.
    8
    Dimanche 24 Mars 2013 à 07:52
    Fichu plastique ! En Asie la tong est la chaussure standard quand on ne marche pas nu-pieds. Aussi portent t'ils des chaussettes spécifiques pour les tongs, individualisant l'orteil. Le feu le réchauffe un peu, car certaines matinées sont réellement fraîches, tandis que les après-midi atteignent facilement les 28° en hiver.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :