• Le tissage à toute épreuve d'une épeire fasciée

     

    Epeire fasciée en Bretagne

    Le guide sur la nature que je consulte indique que l'épeire fasciée est répartie un peu partout en France. Il indique qu'elle est cependant rare au Nord de Paris alors qu'elle est commune dans le midi de la France en été et durant l'automne. L'araignée se tient au centre de la toile qu'elle tisse sur des buissons. La photo ci-dessous la montre installée sur une touffe de bruyère
    épeire fasciée

    Des couleurs marquées pour informer les éventuels prédateurs

    L'épeire une des plus grandes araignées d'Europe est facilement reconnaissable par son abdomen de couleur jaune citron parcouru de larges bandes noires. Cette couleur très visible informe les éventuels prédateurs de la toxicité de son venin !  La nature n'est-elle pas bien faite ?

    épeire fasciée, toile

    Une toile d'artiste

    La toile tissée remarquable d'un diamètre pouvant atteindre 20 cm est constituée d'un ruban de soie discontinu qui se fixe en zig zag autour de multiples rayons qui la traversent en verticalité. Ainsi renforcée cette toile résistera à l'assaut des insectes qui pris au piège essaient de se délivrer du piège mortel :  insectes,mouches, bourdons, abeilles, sauterelles ou même criquets n'ont donc aucune chance de s'en tirer. L'épeire alertée par les mouvements de la toile  emmaillote littéralement l'insecte captif d'un filin de soie discontinue pour le consommer à sa guise.
    épeire fasciée, tissage

    L'épeire mâle ne fait pas le poids

     Les photos présentées sont celle d'une épeire femelle, je n'ai pas repéré l'épeire mâle plus discret qui ne mesure que 5mm. L'épeire mâle connait une triste fin puisqu'il est très souvent tué et mangé par la femelle a la fin de l'accouplement.
    cocon épeire fasciée

    Le cocon de l'argiope bruennichi ou Epeire fasciée contient des centaines d'oeufs qui protégés passeront l'hiver à l'abri

    La femelle fait du cocooning pour la descendance

    Avant de mourir l'épeire femelle a assuré la descendance en tissant un cocon dans lequel elle pond des centaines d'oeufs qui passeront l'hiver dans un nid douillet. Le printemps venu les oeufs sont prês  à éclore libérant des petites araignées qui quitteront le nid lorsque la température externe sera suffisante.

    « Les nuits des Nations Celtes à LorientLe remarquable Jubé de la chapelle Saint-Nicolas à Priziac »
    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :