• Géranium herbe à Robert est une plante familière

    Faisons un peu connaissance avec une herbe commune que l'on rencontre dans les chemins creux ou dans les rocailles, parfois même au jardin. L'herbe à Robert n'est pourtant pas dénuée d'arguments, plante mellifère, elle attire les abeilles. Ses fleurs découpées  sont gracieuses tandis que les feuilles virent du vert foncé au rouge vif en lumière réduite.

    Le Géranium à Robert : Une plante commune n'est pas nécessairement banale

    Le Géranium Herbe à Robert est une plante annuelle ou bisannuelle présente dans les endroits abrités, bois, murs, rocailles et même dans les jardins. La tige velue qui peut mesurer jusqu'à 40 cm se termine par une fleur de couleur rose veinée de blanc.  Les feuilles très découpées comportent de 3 à 5 segments. Les feuilles de Géranium à Robert passent du vert au rouge vif lorsqu'elles vieillissent ou lorsque la lumière fait défaut.  Cette plante a aussi des propriété médicinales intéressantes sans contre-indication particulière.

    fleur geranium herbe à robert

     

    Geranium Robert : Feuilles

    « Stèle de Prostlon et la ria d'Étel à Locoal-MendonJardin en fleur : le temp du rhododendron »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Mai 2015 à 07:03

    J'ignorais son nom, ce cher Robert (botaniste français du XVIII ai-je lu) mais oui, elle pousse ici aussi.

    Tu as raison, commune mais pas banale...y a -t-il des fleurs, des plantes sauvages banales d'ailleurs?

    Bonne journée Serge

    2
    Lundi 4 Mai 2015 à 08:00

    Les plantes ne sont banales que par notre manière de les considérer dans notre environnement, pour le reste elles nous racontent leur histoire dans l'évolution des espèces.

    3
    Apolline
    Lundi 4 Mai 2015 à 09:48
    Apolline

    Je connaissais cette plante comme étant du cerfeuil sauvage. Merci pour l'image et l'invitation à enrichir  son herbier !

    4
    Lundi 4 Mai 2015 à 17:59

    @Apolline, la photo rapprochée demande un contrôle précis de la profondeur de champs (zone de netteté) elle peut être contrariée par le manque de lumière et le vent. La documentation demande aussi un travail précis de recherche, je m'appuie entre autre d'un guide sur la nature et je croise l'information pour valider.

    5
    Apolline
    Mardi 5 Mai 2015 à 22:09
    Apolline

    Tes photos forcent d'autant plus mon admiration, qu'elles sont le fruit de ton expérience personnelle acquise sur le terrain et de ton intuition ... Elles sont toutes plus superbes les unes que les autres.


    Quant au cerfeuil sauvage, j'ignorais qu'il s'agissait du géranium sauvage de Robert, de même que j'ignorais le nom de lichen doré si joli qui prolifère sur certaines roches dans la nature ou sur les monuments livrés au vent.


    C'est toujours un plaisir de parcourir ton blog et de découvrir tes images et tes commentaires toujours pertinents.


    Amitiés

    6
    Jeudi 7 Mai 2015 à 21:26

    Bonjour Apolline,

    Je suis ravi que tu sois de retour car j'avais apprécié nos échanges sur Vox (que je regrette encore pour le côté réseau social ouvert). Je suis aussi ravi que tu apprécies les photos et aussi que tu laisses trace de passage par des commentaires toujours aussi  interactifs et intéressants.Amitiés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :